Normes / Tailles

PROTECTION DE LA VUE

INDICATIONS GÉNÉRALES SUR LES PROTECTIONS OCULAIRES

Signification du marquage des montures

X identification du fabricant par sigle (ex. D=Pulsafe)

  • 166 numéro de la norme
  • XXX Champs d’application
  • 3 = liquides: goutes et projections
  • 4 = particules solides épaisses
  • 5 = gaz, particules fines solides: gaz, vapeurs, brouillards, fumées et poussières
  • 8 = arc électrique de court-circuit
  • 9 = métaux en fusion et solides incandescents /(projections de métaux en fusion et pénétration de solides) F/B/A résistance à l’impact (F-faible énergie, B-moyenne énergie, A-haute énergie)

Signification du marquage des oculaires:

  • Le marquage permet l’identification du risque contre lequel la protection oculaire est certifiée. Il s’agit d’un code composé d’une lettre et d’un numéro qui indique les spécificités de la protection.
  • Les 3 premiers chiffres: indiquent le type de protection (2-protection ultraviolet, 3-protection ultraviolet sans altération de la couleur, 4-protection infrarouge, 5-protection lumière solaire, 6-protection lumière solaire avec protection spéciale contre les infrarouges)
  • 1.2 niveau de protection
  • X identification du fabricant par sigles (ex. D=Pulsafe)
  • 1/2/3 classe optique (1=usage continu, 3=usage occasionnel)
  • S/F/B/A résistance à l’impact (S-résistance mécanique augmentée, F-impact de faible énergie, B-impact d’énergie moyenne, A-impact haute énergie)
  • 8 résistance à l’arc électrique de court-circuit
  • 9 anti adhérence des métaux en fusion et résistance à la pénétration de solides incandescents
  • K résistance à l’abrasion
  • N résistance à l’embuage

Détails des normes

  • Normes basiques
  • EN166 protection individuelle des yeux. Conditions générales
  • EN167 Méthode d’essais optiques
  • EN168 Méthode d’essais non optiques
  • Norme pour la typologie du filtre
  • EN169 filtre pour soudures et techniques en relation
  • EN170 filtres pour ultraviolets
  • EN171 filtres pour infrarouge
  • EN172 filtres solaires pour usage industriel

Types de risques

  • Mécaniques: impacts, poussière, particules solides, particules mécaniques, sable.
  • Chimiques: goutes et projections de liquides.
  • Radiations: infrarouge, ultraviolet, laser, lumière vive.
  • Électriques: contact direct, arc électrique de court-circuit.
  • Thermiques: liquides chauds, matière en fusion, flammes.
Couleur Marquage des oculaires              Application Certification
Incolore 3-1.2 D1F Protection face à un risque ordinaire (pour l’exposition à des particules en mouvement) Absorbe›99,9% des rayons UV jusqu’à 385 nm. EN166 protection mécanique
EN170 protection UV
Gris TSR Cappuchino 5-2.5D1F Pour usage en extérieur quand le risque solaire peut affecter l’œil. Permet une bonne reconnaissance des panneaux de signalisation. Absorbe›99,9% des rayons UV jusqu’à 385 nm. EN166 protection mécanique
EN170 protection UV
EN173 protection contre les radiations

Argent 5-1.7D1F Pour usage en intérieurs et extérieurs. Idéal pour la protection d’un risque ordinaire. Réduit l’éblouissement de la lumière artificielle et solaire. Absorbe›99,9% des rayons UV jusqu’à 385 nm. EN166 protection mécanique
EN170 protection UV
EN172 protection contre les radiations solaires
Argent Miroir Bleu Miroir 5-3.1D1F Pour usage externe quand la lumière solaire peut affecter la vue. Permet une bonne reconnaissance des couleurs des panneaux de signalisation. Idéal pour la protection contre les risques solaires ordinaires. Absorbe›99,9% des rayons UV jusqu’à 385 nm. EN166 protection mécanique
EN170 protection UV
EN172 protection contre les radiations solaires
 
Jaune HDL Ambre 2-1.2D1F Garantie une grande visibilité dans des conditions de faible luminosité. Idéal pour protection d’un risque ordinaire. Absorbe›99,9% des rayons UV jusqu’à 385 nm. EN166 protection mécanique
EN170 protection UV
Vert 3.03D1F Protection soudure à gaz EN166 protection mécanique
Vert 5.05D1F Protection soudure à gaz EN169 protection contre soudure

PROTECTION DES VOIES RESPIRATOIRES

La protection des voies respiratoires passe par :

Un équipement respiratoire isolant qui permet à l’usager de respirer indépendamment des conditions atmosphériques ambiantes. Il y a deux groupes de polluants qui se subdivisent de la manière suivante :

  • Polluant sous forme des particules, poussières, fumées et brouillards.
  • Polluant sous forme de gaz et vapeur.

Poussières, fumées, brouillards, gaz et vapeurs sont les cinq formes que peuvent adopter les polluants. Dans la majorité des cas, ces polluants apparaissent sous ces différentes formes en même temps.

Le choix du filtre :

Le filtre doit être sélectionné en fonction de :

  • De la substance toxique de laquelle on veut se protéger.
  • De la tâche à réaliser.
  • De la modalité de toxicité et de la durée du travail.
  • Des appareils dont on dispose.

Code de couleur

A Vapeur organique, dissolvants et hydrocarbures.
AX Gaz et vapeurs organiques volatiles. Point d’ébullition inférieur à 65ºC.
B Gaz et vapeurs inorganiques tels que chlore, cyanure d’hydrogène et sulfure d’hydrogène.
E
Gaz et vapeurs acides, tels que dioxyde de soufre et chlorure d’hydrogène. Dérivés d’ammoniaque.
K
Dérivès d´amoniaque
P Particules, aérosols solides et liquides. Mercure.
HG Mercure
NOP3 Monoxyde de Nitrogène.
CO Monoxyde de Carbone.

Classes d’utilisation du filtre:

Protection des gaz/vapeur : Protection des particules, poussières et aérosols :
CLASSE 1 : Filtres de faible capacité
Pour une quantité de gaz inférieure à 0.1% du volume
CLASSE 1 (FFP1)
Pour se protéger des particules solides grossières sans toxicité spécifique
CLASSE 2 : Filtres de capacité moyenne
Pour une quantité de gaz comprise entre le 0.1% et 0.5% du volume
CLASSE 2 (FFP2)
Pour se protéger des aérosols solides et/ou liquides dangereux ou irritants
CLASSE 3 : Filtre de grande capacité
Pour une quantité de gaz comprise entre le 0.5% et 1% du volume (bombonnes de grande capacité portables)
CLASSE3 (FFP3)
Pour se protéger des aérosols solides et/ou liquides toxiques.

On peut considérer comme dispositif filtrant de protection des voies respiratoires : masques auto filtrants pour gaz et vapeur, demi-masques avec filtre et masque intégral avec filtre.

Normes européennes de références:

  • EN 149.2001: masques auto filtrants contre particules
  • EN 405: masques auto filtrants pour gaz et vapeurs
  • EN 140: Demi-masques
  • EN 136: masques intégraux
  • EN 143: filtre à particules
  • EN 141: filtres à gaz et filtres combinés respiratoires d’air comprimé
  • TM 14/7.254: respiratorios de aire comprimido

La norme EN 149:2001 établi et garanti que : Tous les masques protègent tant des aérosols solides (S) que des aérosols liquides (SL).

  • Les trois classes de protection FFP1-FFP2-FFP3 garantissent une protection contre les aérosols de base aqueuse et aérosols de base organiques.

Ne pas utiliser des masques de visage ou respiratoires dans les cas suivants :

  • Insuffisance d’oxygène (concentration ‹ 17%)
  • Concentration du polluant supérieur à la limite d’exposition.
  • En présence des polluants à un seuil supérieur au TLV (non perceptible à l’odorat)

Pour déterminer le choix d’un filtre il se doit de connaître la valeur du TLV, LE FACTEUR DE PROTECTION NOMINALE DU PROTECTEUR, LE FACTEUR DE PROTECTION DU RISQUE ET LA TOXICITÉ DU POLLUANT.

TLV = Niveau d’exposition des différents polluants présents dans l’air. Un TLV est la concentration maximale d’une substance contenue dans l’air, sur une période de référence, généralement de 8 heures, durant laquelle et en l’état des connaissances actuelles, un travailleur peut être exposé sans effets négatifs sur sa santé.

FACTEUR DE PROTECTION NOMINALE : rapport entre la concentration du polluant dans l’air et la possible concentration à l’intérieur du masque.

  • Facteur de protection avec polluants plus ordinaires.
Masque EN 149:2001   Masque EN405 Demi-masque Masque intégral
Prot. Poussière P1  4.5 4.5 4.5 5
Prot.Poussière P2  12 12 12 16
Prot. Poussière P3  50 50 50 1000
Gaz et vapeurs  -- 20 20 2000

Nomenclatures masques :

  • NR: Non réutilisable
  • R: Réutilisable
  • D: A passé le test optionnel avec des poussières dolomitiques

FACTEUR DE PROTECTION DU RISQUE = Résultat de la concentration moyenne sur le lieu de travail du polluant et du TLV.

TOXICITÉ DU POLLUANT = À plus grande toxicité du polluant, meilleure efficacité de filtration. Dépend également de la concentration du polluant.

CHOIX DU MASQUE ET DU FILTRE LE PLUS ADEQUAT :

Le choix résulte d’une correcte appréciation du risque : analyser la nature du polluant pour choisir le filtre à utiliser, analyser la concentration du polluant pour déterminer le type de masque et filtre à utiliser. En divisant la concentration moyenne sur le lieu de travail par le TLV du polluant, on obtient le facteur de protection du risque. Le dispositif adéquat devra présenter un facteur de protection nominale supérieur au facteur de protection du risque. Le filtre devra être remplacé si l’utilisateur détecte odeur ou goût du polluant.

PROTECTION AUDITIVE

Les conséquences provoquées par le bruit représentent un coût toujours important pour les entreprises. Les statistiques confirment qu’une exposition équivalente à 85 DbA pendant 35 années de travail représente 15% de possibilité pour que le travailleur perde capacité auditive. Une recherche EUROSTAT (2004) a mis en évidence que la perte auditive est la quatrième maladie professionnelle.

Les principales normes pour les EPI de protection auditive sont les suivantes :

  • EN 352/1 Auriculaires
  • EN 352/2 Bouchons auditifs
  • EN 352/3 Auriculaires pour casque
  • EN 352/4 Auriculaires électroniques

L’atténuation moyenne d’un EPI est exprimée en décibels et H, M, L représentent l’atténuation moyenne à HAUTE, MOYENNE, ET BASSE fréquences. Le SNR indique l’atténuation moyenne sur tout le spectre de fréquences. Norme 2003/10/CE.

C’est la synthèse des changements les plus significatifs :

Baisse de la valeur limite (3Db). Ainsi pour :

  • Valeur inférieur : 80 dB ; l’entreprise met les EPI à disposition de ses travailleurs.
  • Valeur supérieur : 85 dB ; l’entreprise et le représentant des travailleurs vérifient l’efficacité
  • Valeur limite : 87 dB ; au-delà de cette valeur l’entreprise oblige les travailleurs à porter des EPI et ce dernier a l’obligation de les utiliser.
140x140

REGLEMENTATION SUR LA PROTECTION DES MAINS

EN 420 Conditions Générales

Le gant est un article pour sauvegarder les mains et ses composants. Le gant peut couvrir parti de l’avant-bras et le bras. Le niveau de prestation (normalement un numéro de 0 à 5) indique le comportement du gant lors d’un test spécifique. Les résultats de ces tests sont organisés de la façon suivante : niveau « X » indique que le gant n’a pas été testé pour le risque correspondant, le niveau « 0 » indique que le gant n’a pas obtenu les conditions minimales requises. Un numéro élevé correspond à un haut niveau de prestation.

DANGERS MÉCANIQUES EN 388

  • a - Résistance à l’abrasion (0-4)
  • b - Résistance à la coupure (0-5)
  • c- Résistance au déchirement (0-4)
  • d - Résistance à la perforation (0-4)
  • e - Résistance au cisaillement (A-F)
  • f - Protection contre les chocs EN (PASSÉ OU ÉCHEC)

 

DANGERS CHIMIQUES EN 374

  • Période supérieure à 30 min. Pour au moins 3 de ces substances chimiques : A (Méthanol), B (Acétone), C (Acétonurie), D (Dichlorométhane), E (Carbone Disulfure), F (Toluène), G (Diéthylamide), H (Tétrahydrofurane), I (Acétate d’éthyle), J (n-Heptane), K (Soude caustique 40%), L (Acide sulfurique 96%)

PROTECTION CONTRE LE FROID EN 511

  • Caractérise les gants préalablement testés et indique sa résistance au froid.

 

 NIVEAUX DE PERFORMANCE 0
  1
2
3 4
 A. convection froide. isolation thermique  1 < 0,10   1,10 <l < 0,15   0,15 <l < 0,22  0,22 <l < 0,30  0,30 <l
 B. contacts froide. résistance thermique  R < 0,025    0,025 <R < 0,050  0,050 <R < 0,100  0,100 <R < 0,150  0,150 <R
 C. Test de pénétration eau
 Manqué    Passé  - - -

 

RISQUE MICRO-ORGANISMES EN 374

  • Ce pictogramme indique que le gant a été testé en laboratoire quant à sa résistance à la pénétration de micro-organismes.

PROTECTION CHALEUR ET/OU FEU EN 407

  • a - Résistance à l’inflammabilité
  • b - Résistance à la chaleur de contact
  • c - Résistance à la chaleur convective
  • d - Résistance à la chaleur radiante
  • e - Résistance à de petites projections de métal en fusion
  • f - Resistencia a las grandes masas de metal fundido

Normes relatives aux gants

EN 388 DANGERS MÉCANIQUES

Conditions :

  • a - Résistance à l’abrasion : est déterminée par le nombre de cycles d’abrasion nécessaires pour user l’échantillon du gant.
  • b - Résistance à la coupure par lame: est déterminée par le nombre de cycles nécessaires pour couper l’échantillon à une vitesse constante.
  • c - Résistance à la déchirure: est la force nécessaire pour déchirer l’échantillon.
  • d - Résistance à la perforation: est la force nécessaire pour percer l’échantillon avec un poinçon standard.
  • e - Résistance au cisaillement: nouvelle procédure de test de découpe détermine également si tranchant de la lame de perte se produit. Si une réduction de l'arête de la lame, la nouvelle méthode d'essai EN ISO 13997 devient la référence, alors que le test de coupe est seulement indicative.
  • f - Protection contre les chocs: méthode d'essai pour les zones réclamant la protection de l' impact. P à surmonter, et pas de code est appliqué en cas de défaillance.
  • Dans les quatre premiers cas, le zéro indique le niveau de protection le plus bas comme il apparaît dans le tableau ci-dessous :

Indice de prestation


0 2 3 4 5
a Résistance à l’abrasion (cycles) <100  100  500  2000 8000
b Résistance à la coupure par lame (facteur) <1.2 1.2 2.5  5.0 10.0 20.0
c Résistance à la déchirure (Newton) <10 10  25  50 75
d Résistance à la perforation (Newton) <20  20  60  100 150

A B C D E F
e Résistance au cisaillement EN ISO (Newton) 2 5 10 15 22 30
f Protection contre les chocs EN Passé ou échec

EN 407 Protection Thermique

Tous ces tests sont facultatifs, l’indication d’un X en lieu et place d’un chiffre indique que le gant n’a pas fait l’objet de test pour ce risque déterminé :

  • a - Résistance à l’inflammabilité (niveaux de performance de 0 à 4), fondée sur le temps pendant lequel le matériau reste enflammé et continue ensuite à se consumer après que la source d'ignition ait été supprimée.
  • b - Résistance à la chaleur de contact (niveaux de performance de 0 à 4) fondée sur la température dans la gamme de 100 à 500°C à laquelle celui qui porte les gants ne sentira aucune douleur pour une période d'au moins 15 secondes.
  • c - Résistance à la chaleur de convection (niveaux de performance de 0 à 4) fondée sur le temps pendant lequel le produit est capable de retarder le transfert de la chaleur d'une flamme.
  • d - Résistance à la chaleur rayonnante (niveaux de performance de 0 à 4) index indiquant le temps nécessaire à l'échantillon pour s'élever à un niveau de température donné.
  • e - Résistance à de petites projections de métal en fusion (niveaux de performance de 0 à 4) Index indiquant la quantité nécessaire pour élever l'échantillon à une certaine température.
  • f - Résistance à d’importantes projections de métal en fusion (niveaux de performance de 0 à 4) index indiquant la quantité nécessaire pour provoquer la détérioration d'un semblant de peau placé directement derrière l'échantillon.
  • g - Notons que tous les gants doivent présenter un niveau de performance minimale de 1 quant à la résistance à l’abrasion et au déchirement.

Indice de prestation


2 3 4
Test b résistance à la chaleur de contact >100ºC  >250ºC >350ºC >500ºC
Test b résistance à la chaleur de contact >15 seg.  >15 seg. >15 seg. >15 seg.

EN 12477 Risque de soudure

(Conditions et méthode d’essais pour le gant de protection utilisé pour la soudure métallique, découpes et procédés similaires). Le gant utilisé pour la soudure se divise en deux catégories :

  • B : Quand une grande précision est nécessaire.
  • A : Pour les autres procédés de soudure.

NORME EUROPÉENNE POUR LES CHAUSSURES DE SÉCURITÉ CE EN20345

Code Classification
I Chaussure fabriquée en cuir et autres matières, sauf chaussures fabriquées entièrement en caoutchouc et entièrement en polymère.
II Chaussure fabriquée entièrement en caoutchouc (vulcanisée) et entièrement en polymère moulée.
  • SB: CONDITIONS MINIMALES DE BASE, coque de protection en acier avec absorption d’énergie de 200 J, semelle de n’importe quelle matière.
  • S1: CONDITIONS DE BASE, antistatique, absorption d’énergie par le talon.
  • S2: CONDITIONS DE BASE, S1+impermeabilité sur l’empeigne.
  • S3: CONDITIONS DE BASE, S2+semelle anti perforation, semelle avec crampons ou reliefs.
  • S4: CONDITIONS DE BASE, TYPE II, antistatique, absorption d’énergie par le talon.
  • S5: CONDITIONS DE BASE, S4+semelle anti perforation, semelle avec crampons ou reliefs.

SB S1  S2  S3 S4 S5
A CHAUSSURE ANTISTATIQUE
-
E ABSORPTION D’ÉNERGIE PAR LE TALON
X  X X  X X 
WRU IMPERMEABILITÉ SUR L’EMPEIGNE - -  - -
P SEMELLE ANTI PERFORATION - X - X
CI ISOLATION CONTRE LE FROID - - - -
HI ISOLATION CONTRE LA CHALEUR - - -
C CHAUSSURE CONDUCTRICE -              - -
HRO RÉSISTANCE À LA CHALEUR PAR CONTACT DIRECT -              - -

X: Signifie que la chaussure a la caractéristique correspondante.

Résistance de a semelle au Glissement:

  • SRA: Résistance au glissement sur des carreaux céramiques recouverts d’une solution de sulfate de Lauryl
  • SRB: Résistance au glissement sur un sol en acier recouvert de glycérol
  • SRC: SRA + SRB

Commentaire:

Le seul distinctif “CE” n’est pas suffisant pour établir la qualité de la chaussure, il faut aussi analyser les sigles. La norme, n’indique pas le type d’empeigne, elle peut être en cuir ou synthétique. La semelle avec un coefficient contre le glissement est obligatoire uniquement pour le type S3.

EN20346 chaussure de sécurité présentant les mêmes caractéristiques que la EN20345 avec la seule différence que la coque résiste 100J.

EN20347 chaussure de travail sans coque de protection en acier.

EN345, EN346, EN347.

Les normes indiquées sont encore valables pour les modèles certifiés avant la norme EN20345/EN20346/EN20347.

NORME VETÊMENT DE TRAVAIL

Norme générale relative aux vêtements de travail EN340

Il s’agit d’une norme générale relative aux vêtements de travail et aux conditions spécifiques quant à l’innocuité des vêtements, son ergonomie et l’information fournie par le fabriquant.

NORME POUR LES VÊTEMENTS DE PROTECTION CONTRE LE FROID EN 342- EN 14058

  • EN342: Norme relative aux vêtements de protection contre le froid pour des températures inférieures à -5ºC (par exemple froid extrême ou chambres frigorifiques).
  • EN:14058: -5ºC.

NORME POUR LES VÊTEMENTS DE HAUTE VISIBILITÉ EN 471

Selon les performances du vêtement, nous distinguons 3 classes :

  • CLASSE 3 : la bande réfléchissante doit avoir une hauteur minimale de plus de 50mm et une superficie totale non inferieure a 0,20m2
  • CLASSE 2 : la bande réfléchissante doit avoir une hauteur minimale de 50mm et une superficie totale minimale non inferieure a 0,13m2. La superficie minimale de matière fluorescente doit être de 0,50m2.
  • CLASSE 1 : la bande réfléchissante doit avoir une superficie minimale de 0,10m2 et la superficie minimale de matière fluorescente doit être de 0,14m2.

A titre d’exemple, les pantalons et vestes sont de classe 3, les vestes avec manches de haute visibilité de couleur sont de classe2 tandis que LAS TIRANTES sont de classe1.

Notons également que certaines règles relatives à l’emplacement, écartement des bandes réfléchissantes et risques de discontinuité des bandes doivent être respectées. Ainsi si vous portez une veste certifiée de haute visibilité ouverte, avec par conséquent une interruption des bandes réfléchissantes, et que celle-ci est supérieure à 3cm, c’est comme si vous portiez une veste non certifiée.

De même, devez-vous porter sous votre veste ou chemise, un gilet ou t-shirt également certifie.

Sachez que la propreté est aussi importante pour maintenir les caractéristiques de haute visibilité aussi l’étiquette doit- elle indiquer le nombre de cycles de lavage auxquels le vêtement peut résister sans perdre ses caractéristiques.

ETIQUETAGE, l’étiquette doit indiquer:

  • La marque ou identification du fabriquant ou de son représentant.
  • Nom ou code du produit.
  • Taille.
  • Norme de référence.
  • Instructions de maintenance et nº de cycles de lavage.
  • Pictogramme.

Sur le pictogramme apparaissent deux numéros X qui indique la classe correspondant à la surface des matières fluorescentes et retro réfléchissantes ; et Y indique le niveau de performance de la matière retro réfléchissante en tant que coefficient d’intensité lumineuse.

EN343 Norme pour vêtements de protection contre les intemperies

  • X= correspond à la résistance à la pénétration de l’eau.
  • Y= correspond à la résistance à la vapeur d’eau

Cette norme fixe les conditions requises et les méthodes d’analyse applicables aux matériaux et coutures face aux effets des précipitations (pluie, neige), du brouillard et humidité du sol.

Conditions:

Résistance à la pénétration de l’eau (Wp) exprimée en Pascal. L’analyse s´effectue en soumettant la matière externe et les coutures du vêtement à une pression d’eau (980 x/-50) Pa/min. Il y a deux niveaux de performance (de 1 à 2) allant du moins à plus imperméable.

Résistance à la vapeur d’eau (RET) ou résistance évaporative exprimée en M2.PA/WP. Plus la résistance est grande, plus le vêtement fait obstacle à la vapeur d’eau. Un produit transpirable a une faible résistance à la vapeur d´eau. 3 classes de performance (de 1 à 3) allant du moins à plus transpirable.

Norme pour vêtements de protection des utilisateurs de tronçonneuses EN381

La norme EN 381 correspond aux vêtements de protection pour utilisateurs de tronçonneuses. La norme est composée de plusieurs parties. Chaque partie traite une partie spécifique du corps:

  • EN381-5: protège-jambes
  • EN381-7: gants anti-coupures
  • EN381-9: guêtres anti-coupures
  • EN381-11: partie supérieure du corps, vestes de protection

En fonction de la vitesse de la tronçonneuse, il existe 4 classes:

  • Clase 0: pour 16m par seconde.
  • Clase 1: pour 20m par seconde.
  • Clase 2: pour 24m par seconde.
  • Clase 3: pour 28m par seconde.

NORME « EN » CONTRE LES CHUTES

Point d’ancrage et connecteur

Point d’ancrage: point auquel le système antichute est ancré de façon sure (sangle d’amarrage, trapèze, ligne de vie….)

  • Doit avoir une résistance supérieure à 10 kN durant au moins trois minutes (EN 795 Classe B
  • Doit être à une hauteur suffisante pour éviter, en cas de chute, l’impact de la personne contre le sol ou structure en contre-bas du plan de travail.

Connecteur: élément de connexion des systèmes de protection contre les chutes, c’est à dire du système antichute, d’accès à la corde, de retenue et de sauvetage.

  • Doit avoir une résistance supérieure à 15 kN durant au moins trois minutes EN 362.

Harnais antichute

En cas de chute il doit être capable de maintenir la personne et garantir un arrêt de chute sans provoquer de blessure.

Et conformément à la norme EN 361, les seuls harnais à cet effet sont des harnais munis de bretelles et cuissards.

Le choix du harnais doit se faire en fonction du travail à réaliser et du lieu même de travail.

Tous les points d’attaches du harnais doivent avoir une résistance supérieure à 15 kN durant au moins trois minutes (EN 361 et EN 358)

Dispositifs de liaison

Elément qui connecte le harnais au point d’attache (longes, antichute à rappel automatique, etc.)

  • Doit limiter la chute et être sélectionné en fonction du travail à réaliser.
  • Il faut calculer la hauteur d’une chute éventuelle pour déterminer le dispositif de liaison adéquat.

La norme

  • EN353-1 antichutes mobiles sur support d'assurage rigide. EN353-2 antichutes mobiles sur support d'assurage flexible.
  • EN354 Longes. EN355 Absorbeurs d’énergie.
  • EN358 Systèmes de maintien au travail. EN360 Antichutes à rappel automatique.
  • EN361 Harnais antichute. EN362 Connecteurs.
  • EN795 (b) Dispositifs d’ancrage. – Classe B EN363 systèmes d’arrêt des chutes.
  • EN813 Harnais avec cuissards.

Guide pour choisir un harnais adequat

Harnais avec point d’attache dorsale

  • Point d’attache d’un harnais antichute
  • Permet de connecter n’importe quel système d’arrêt de chute.
  • N’est pas adapté pour les travaux en suspension.

Harnais avec point d’attache sternale

  • Connexion du système au point d’attache sternale du système antichute.
  • Peut être utilisé pour récupérer des travailleurs.

Anneaux d’attache latérale pour maintien au travail

  • Permet de maintenir le travailleur dans une position adéquate.
  • Ne peut être utilisé pour l’arrêt de chute.

Point d’attache au niveau du pelvis

  • Utilisé pour réaliser des travaux en suspension en position de maintien et nécessite donc un point d’ancrage bas.

Guide pour choissir un disposotif adequat

Systèmes de prévention des chutes selon la norme EN 358

Travaux sur pylones et similaires

Ceinture de maintien au poste de travail combinée avec une corde de maintien.

Peut être une alternative le choix d’un harnais complet avec une ceinture de maintien. Dans ce cas, la position du travailleur ne doit pas excéder 50 cm.

SYSTÈME D ARRET DES CHUTES DE HAUTEUR (selon la norme EN 363)

Le travail sur plateformes et échafaudages, travaux sur fenêtres, travaux en hauteur sans protection adéquate, travaux avec mouvements latéraux ancrés à une ligne de vie horizontale:

Harnais antichute avec attache dorsale/sternale ou harnais avec ou sans ceinture de maintien relié à un dispositif dissipateur avec absorbeur d’énergie hauteur minimale nécessaire 6 m.

Travaux d’ascension et de descente (façade, poutre, toit et autres superficies inclinées, mats, escaliers):

Harnais antichute avec attache dorsale/ventrale avec un dispositif antichute mobile (Fallstop).

Hauteur minimale nécessaire 2 m.

Le travail sur échafaudages et plateformes, travail dans des puits, cuves ou silos, montage d’échafaudage avec le point d’ancrage fixe en hauteur, travail avec déplacement horizontale et verticale avec le point d’ancrage à une ligne de vie:

Harnais avec attache dorsale avec ou sans ceinture de maintien, et munis d’un dispositif d’enrouleur à bande textile ou de câble d’acier et mousqueton. Hauteur minimale nécessaire 2 m.

NORME / TAILLE

Taille

Vous devez utiliser ce tableau pour confirmer la taille dont vous avez besoin et vous assurez que nous disposons de votre taille.

Les mesures qui figurent dans les tableaux ci-contre sont des mesures anatomiques, c’est-à-dire, des mesures du corps humain nu et non du vêtement à proprement parlé. Lorsque nous fabriquons un vêtement, nous laissons une marge pour votre confort et commodité. Cette marge varie selon la coupe, le tissue, le sexe, etc. et il en résulte un vêtement plus ou moins ajusté.

Télécharger Norme/ Taille